Témoignage

Témoignage de Nicolas

Aujourd’hui j’ai dix-huit ans, et pendant environ huit ans j’ai été accro à la pornographie. La première fois que je me suis masturbé, j’avais neuf ans, j’étais en fin de CM2, je ne connaissais pas et personne ne m’en avait parlé. Je ne sais pas pourquoi, il me restait un doudou, et je jouais à me dire que si je le faisais un certain nombre de fois dans la même journée, je serai marié avec ce doudou pour toute la vie. C’est comme ça que j’ai commencé à en tomber accro.

Après dès la sixième je me suis acheté une tablette, elle était vraiment nulle mais à cause de ça j’ai commencé à regarder de la pornographie régulièrement. Pendant longtemps je ne pouvais pas regarder de vidéos, je regardais juste des images. Il s’est passé quelques années comme ça. Très vite, j’ai commencé à m’inscrire sur des sites de rencontre et à parler à des filles, j’allais sur des sites de webcam alors que je n’avais que 13 ans. Vers 13 d’ailleurs, j’ai commencé à regarder de la pornographie tous les jours. Je cherchais toujours des nouvelles vidéos, j’ai tout regardé, je regardais des vidéos avec plusieurs personnes et une seule fille, des vidéos de deux filles, des vidéos où la femme se faisait fouetter, ligoter, violer, je trouvais ça horrible mais je le faisais, j’y étais accro. Je cherchais des vidéos excitantes qui représentaient des choses que j’admirais dans la réalité, je détruisais tout ce que je trouvais encore bien et beau dans le monde. Tout ce envers quoi j’avais de l’admiration, je le cherchais dans des scénarios pornographiques. Je me rappelle que je me disais « tu verras quand tu auras 18 ans, tout sera fini depuis longtemps et tu n’y penseras même plus », et en fait non, tout n’est pas exactement fini, le combat contre la pornographie continue toujours. Il me fallait toujours des scénarios plus durs. Et en même temps que je tombais dans ce cercle vicieux à en vouloir toujours plus, je suis tombé dans une dépression. Personne ne l’a remarqué, je ne le montrais pas mais j’avais envie de pleurer tout le temps, je ne savais pas pourquoi, mais j’étais triste, je ne voulais plus vivre, je n’avais plus aucune volonté, j’espérais juste mourir. J’ai regardé au même moment des vidéos zoophiles, de femmes avec leurs animaux. Et je ne pouvais vraiment plus me passer de la pornographie.

J’ai cherché sur internet des moyens d’arrêter ça, je le voulais vraiment. J’ai cherché comment savoir si on était un malade sexuel, je faisais tout pour arrêter. Il y a un moment où il faut reconnaître qu’on a un problème avec ça, et j’en avais un. Il s’est passé quelques années où j’ai énormément diminué ma consommation jusqu’à aujourd’hui.

J’ai beaucoup encore de choses qui me permettent d’accéder à de la pornographie ; ce que j’ai fait pour éviter ça, c’est que j’ai d’abord essayé d’identifier tous les moments où je me masturbais, et je notais ça sur une feuille, par exemple quand je travaillais trop tard le soir et que j’allais regarder une vidéo de math sur mon ordinateur, en général je déviais vite sur de la pornographie. Il y avait aussi le soir si je trainais sur mon portable dans mon lit, et le matin quand je prenais mon portable pour éteindre mon réveil et que je ne me levais pas directement, j’allais très vite sur de la pornographie.

Donc j’ai essayé de régler ça, je ne me mettais jamais sur mon lit si ce n’était pas pour me coucher directement et le matin j’ai mis du temps avant de réussir mais maintenant je sors d’un coup. J’ai mis une dizaine de contrôles parentaux sur mon ordinateur et un sur mon portable, j’ai complètement bloqué internet sur mon portable, c’est vraiment quelque chose dont on peut se passer si on télécharge juste les applications nécessaires pour nos trajets ou le travail par exemple. Le code de ces contrôles parentaux c’était « Jésus aide moi ». La première fois c’était un ami qui avait défini un code, comme ça je ne pouvais vraiment rien faire c’était sûr. Maintenant il y a tellement de contrôles parentaux que je ne suis même plus tenté de regarder des sites pornographiques, il me faudrait une demi-heure pour supprimer les sécurités. En fait comme je suis face à une incapacité totale d’accéder à de la pornographie, je n’y pense même plus. Et il y a quelque chose qui m’aide beaucoup aussi, quand je suis énervé où que je ressens un désir, je me mets tout de suite en affaires de sport et je me défonce en courant plusieurs kilomètres dans la rue, ou je pompe, je saute, je me bouge ! On gagne tellement en fierté quand on a fait du sport au lieu de se laisser aller à la pornographie. Et une dernière chose que je faisais aussi, quand je me masturbais c’était un échec pour moi, alors pour ne pas finir sur un échec je récitais des Je Vous Salue Marie et quelque fois des chapelets. Comme je suis catholique, je crois que le diable existe et il ne faut pas lui laisser le dernier mot. Même ça, le simple fait de réciter une prière à chaque fois que je me masturbais, ça me redonnait confiance en moi pour repartir à 0.

Alors vraiment, si vous lisez ça, ne faites rien, ne regardez jamais d’images pornographiques, ça vous mènera directement à tout ce que je vous ai raconté et vous mettrez des années à en sortir. Une dernière chose, la pornographie m’a détruit tout sentiment, je ne suis plus capable d’être amoureux. Je ne veux pas le faire parce que je ne pense pas que ce soit utile et bien à notre âge, mais je sais que si je sortais avec une fille, la relation tournerait au sexuel très vite. Et ça m’a détruit les sentiments à un point que je ne suis plus capable d’aimer, aujourd’hui même si la pornographie n’est plus vraiment un problème, je suis presque sûr que je ne pourrai pas me marier, pas parce que je ne trouverai pas de femme, mais parce que je ne veux pas avoir une relation basée sur un sexe sans limite. La pornographie m’a détruit tout ça, vraiment je n’oserai pas me marier. Si vous lisez ça et que vous êtes accro à la pornographie, essayer d’arrêter maintenant ça formera votre volonté mieux que tout, ne repoussez pas ça au lendemain, vous vous détruirez petit à petit.

 

Nicolas*, 18 ans    (*Pseudo)

Facebook Comments